// vous lisez...

Rachat de crédit

Loi des finances 2019 : aucun impact positif réel sur le pouvoir d’achat

Le projet de loi de finances de 2019 avait pour objectif de réussir d’améliorer le pouvoir d’achat des ménages. Il œuvre également dans la réduction des dépenses publiques, dans le total respect des engagements que le pays a signé avec l’Europe. Les grands décideurs de cette loi s’affirment extrêmement satisfaits du projet, le ministre des Comptes publics et celui des Finances entre autres. Toutefois, les acteurs immobiliers sceptiques se font encore entendre. Leurs propos sont parfaitement fondés apparemment.

La retouche au niveau des impôts : une réduction de 6 milliards d’euros pour favoriser le pouvoir d’achat des ménages

Le gouvernement a déjà entrepris diverses mesures pour alléger les impôts, et ainsi de décupler le pouvoir d’achat des ménages. Selon le ministre des Affaires publiques, Gérald Germain, la suppression de la taxe d’habitation, la baisse des cotisations sociales, l’exonération des heures supplémentaires et la baisse de la CSG devraient améliorer de 6 milliards d’euros le pouvoir d’achat des ménages. Pourtant, bon nombre de députés ne sont pas du même avis que ce dirigeant représentant du gouvernement. Ils partagent même leur point de vue sur cette décision en évoquant que la mesure prise est juste un écran de fumée pour dissimuler d’autres mesures qui, cette fois, rognent le budget des ménages pour réduire le déficit budgétaire. Les députes renforcent même leur avis à travers les points suivants :

  • Cette mesure sera le record des prélèvements obligatoires ;
  • Les pensions des retraites et des allocations se retrouveront gelées ;
  • Les autres taxes seront affectées, celui du carburant notamment ;
  • Des cotisations supplémentaires pour les retraites apparaîtront.

Un calcul rapide fait par l’OFCE, Observatoire français de la conjoncture économique, sort même un pouvoir d’achat qui ne gagnera que 3,5 milliards d’euros, un chiffre largement faible par rapport aux prélèvements estimés à faire sur les impôts. L’IPP, Institut des politiques publiques, ne se cache également pas et annonce une progression plus maigre de 1,2 milliard d’euros seulement.

Le gouvernement sous pression

Le projet de loi de finances 2019 est validé, et le gouvernement se retrouve maintenant dans l’obligation de le respecter au risque de voir des sanctions internationales tombées ou encore un déficit budgétaire généré. Pour résister aux pressions diverses, il a entrepris des mesures d’austérité pour essayer de combler l’effort fiscal consenti aux contribuables. Une annonce confirme déjà la suppression de 4 164 postes. C’est un pas en avant, mais le contrat initial était d’arriver à dissoudre 4 500, donc à suivre et à observer de près pour les acteurs immobiliers et les représentants divers.

L’accès au logement pas si facile que prévu

La suppression de la taxe d’habitation a ôté un seuil de blocage important pour les ménages d’accéder au logement. Elle sévit ainsi comme étant une bonne initiative de la part du gouvernement. Cependant, les ménages doivent comprendre que les aides se feront rares sans ces prélèvements d’impôts. Comme anticipation, avec les prix qui ne cessent d’augmenter, les acquéreurs doivent opter pour une demande de rachat de crédit pour arriver à s’en sortir dans leur remboursement de prêt immobilier.

Sites amis

Notre site est 100% à destinations des hommes, si votre chien s'intéresse à la finance, au crédit ou aux assurances, nous lui conseillons plutôt les sites assurance chien.

  • Monpretpersonnel.org